La mécanique automobile est une pratique risquée réservée aux professionnels formés. "LeMecano.fr" se dégage de toute responsabilité concernants les décisions prises par ses lecteurs.

Tutoriel : Réparation de boîtier TEMIC (Mercedes SLK R171)

Ce tutoriel traite d’un problème de vitre électrique sur le Mercedes SLK R171. Il s’agit d’un problème très gênant car il forçait l’ouverture de la fenêtre et empêchait l’ouverture du toit ouvrant. Vous verrez au final que la cause est banale et que la réparation ne vous coûtera rien.

Symptômes de la panne

  • La vitre ne s’ouvre plus en mode confort (1 gros appuis pour descendre complètement la vitre)
  • La vitre s’arrête même si on reste appuyé sur le contacteur du lève-vitre

Globalement, la vitre ne peut se déplacer que par accoups de environ 4 cm. Le mode confort n’est donc plus utilisable et il faut appuyer plusieurs fois sur le lève-vitre pour remonter/baisser complètement la vitre.

  • La vitre ne remonte plus automatiquement après la fermeture de la porte.

La vitre du SLK s’insère dans la lèvre du joint de toit lorsqu’elle arrive en position haute. Un mécanisme automatique baisse donc légèrement la vitre à l’ouverture de la porte et la relève complètement à la fermeture de la porte. Comme le déplacement se fait par cran, la vitre se baisse de 4 ou 8 cm à l’ouverture de la porte. En revanche la vitre ne remonte plus automatiquement. Ceci oblige donc à réouvrir par l’autre porte pour mettre le contact et remonter la vitre de l’intérieur.

Ces problèmes apparaissent car le système de détection de la position haute/basse ne fonctionne plus. Le mécanisme accepte donc de déplacer la vitre par cran afin d’éviter de faire forcer le moteur en butée.

  • Le toit ouvrant ne peut plus s’ouvrir complètement. Il s’arrête à peine ouvert.

L’algorithme d’ouverture du toit inclut le fait de baisser les vitres de portes TOTALEMENT. Comme le système n’arrive plus à savoir si la fenêtre est en bas, l’ouverture du toit s’interrompt. On peut toutefois refermer le toit.

Recherche de la cause

  • La recherche de la panne nécessite tout d’abord la dépose du panneau/garniture de porte décrite dans ce précédent tutoriel.
  • Après observation, on détecte une connexion avec des cosses oxydées. Après nettoyage au dégrippant connexion électrique, le comportement qui variait parfois devient systématique. La présence de l’oxydation permettait aléatoirement un contact mais une fois nettoyé le contact est définitivement interrompu. La panne est donc plus systématique.
  • Nous poursuivons l’investigation à l’intérieur du boitier TEMIC. Il s’agit du boitier gérant « l’intelligence » de la porte. Ce boitier est donc connecté au moteur de vitre, aux boutons de commandes de la porte, aux haut-parleur, aux rétroviseurs, à la gâche électrique… Ce boitier communique également avec l’ordinateur de bord et peut donc perturber de nombreux mécanismes dont l’ouverture du toit ouvrant.
  • Après dépose du boitier, l’ouverture de ce dernier peut être compliquée car ses deux coques sont verrouillée par une bonne douzaine de clips. Heureusement une astuce en bois permet de l’ouvrir sans difficulté.
  • Après ouverture on observe rapidement qu’une patte d’une connexion est particulièrement oxydée. Cette patte correspond à la connexion qui avait déjà été nettoyée.
  • Après nettoyage de la patte, on constate que la pastille et la piste au pied de la patte ont été détruite par l’oxydation.
  • En fait, les pattes des connexions ne sont pas soudées à la carte. Elles sont juste coincées dans leur emplacement. Dés que la patte s’oxyde, cette oxydation se transmet très vite à la carte sans être freinée par la soudure. La fine piste de la carte est ensuite très vite détruite.
  • Il est probable que cette patte intervenait dans la mesure de la résistance subie par le moteur. Celle-là même qui indique que la vitre est en butée. Sans signal clair, le boitier TEMIC ne savait jamais si la vitre était ou non en butée. Il fonctionnait alors en mode « sécurité » et permettait le déplacement par cran pour épargner le moteur.

Réparation du boitier

  • On commence par nettoyer les connexions avec petit bout de papier de verre fin. On retire l’oxydation présente au pied de la patte avec précaution. Dans notre cas, nous avons utilisé un cure-dents. C’est en bois, ça ne risque donc pas de rayer une piste. Evitez de nettoyer avec n’importe quel produit qui pourrait bruler la carte ou à l’inverse créer des courts-circuits.
  • Nous réalisons ensuite un pontage qui va remplacer la piste entre la patte oxydée et le premier composant à atteindre.
  • On crée un pont en torsadant 2 brins de fil de cuivre souple puis en les étamant.
  • On forme ensuite le pont à la forme de la piste à remplacer.
  • On soude une petite bille d’étain sur la patte et sur le composant à lier
  • On positionne alors le pont et on fait fondre les billes pour le fixer.
  • Il est inutile de noyer le pont dans les billes. Le moindre contact sera suffisamment résistant.
  • Parfois la bille posée à du mal à refondre. Posez une bille d’étain sur la pointe de votre fer à souder et posez ensuite cette bille pour lié la bille déjà présente et votre pont. L’étain liquide contient d’autres produits qui facilitent alors la liaison.
  • On coupe les fils du pont qui dépassent et on s’assure que le pont n’entre pas en contact avec d’autres éléments.
  • On referme ensuite le boitier TEMIC.
  • On teste et là … ça marche.
  • Soulagement, c’était pas gagné.
  • On aurait aussi pu tenter de souder au pied de la patte mais les pistes sont tellement fragiles qu’il vaut mieux parfois éviter.

Conclusion

Ce genre de panne est devenu très fréquent sur tout type de véhicule passé un certain âge. Dans notre cas, le SLK avait 11 ans pendant lesquels il avait été bien traité. Ce n’est cependant pas étonnant quand on voit la qualité de fabrication de ces boitiers TEMIC. Les pattes de connexion passent à travers de gros trous dans les carters plastique du TEMIC. Des trous bien pratiques pour laisser rentrer l’humidité. De plus, les pattes ne sont pas soudées et les pistes sont ultra fines donc au premier signe d’oxydation, c’est fini. Sans compter qu’il se situe parfois dans la portière ; un endroit qui ne subit jamais de choc…

Pour ne rien arranger, les constructeurs sont « obligés » de faire payer une fortune ces concentrés de « haute technologie » (2 puces de misère avec un petit programme basique). Chaque boitier étant généralement facturé 500 à 600€, le coût de réparation s’envole vite. On trouve d’ailleurs des témoignages de personnes ayant déboursé 1500€ pour réparer plusieurs vitres…aïe.

Fun fact : le boitier « intelligent » ne signalait aucun défaut.

Ca me fait penser à une amie dont les vitres électrique ont soudainement et totalement cessées de fonctionner. Elle s’est donc rendue chez son concessionnaire Porsche qui lui a fait comprendre que la réparation pourrait coûter plusieurs milliers d’euros. Il lui à alors conseillée de visiter leur parc pour voir si un nouveau modèle ne lui plairait pas. Au final, on a trouvé que c’était juste un fusible grillé.

Le monde merveilleux de la mécanique…

Catégorie : Tutoriels

2 Commentaires to “Tutoriel : Réparation de boîtier TEMIC (Mercedes SLK R171)”

Add Comments (+)

  1. berthomme dit :

    Bonjour mon toi ouvrant de ma slkr 171 sur ouvre par moment et par moment reste bloquer à moitié connaissez vous une adresse qui pourrait vérifier voir réparer j habite sur paris merci de votre aide

  2. berthomme dit :

    Bonjour mon toi ouvrant de ma slk r171 s ouvre bien par moment et parfois reste bloqué à moitié connaissez vous une adresse pour vérifier voir réparer merci de votre aide j habite paris

Laisser un commentaire